Le Club des Incorrigibles Optimistes.

Publié le 2 Décembre 2012

J'ai adoré ce bouquin. On me l'avait offet lors d'un Noël, et il me semblait si long que je me suis dis que j'allais en avoir jusqu'à l'été pour terminer un pavé pareil !

Et finalement, je l'ai rapidement fini. Il s'y mêle histoire de la France des années 60 et parcours du protagoniste. Sur fond de guerre d'Algérie, c'est le Paris de cette époque là qui y est dépeint.

Une belle écriture, une prise rapide et l'envie de tout savoir, tout de suite !

Ce que dit la 4ème de couv' : A la toute fin des années 50, Michel est au début de son adolescence ; il fréquente le lycée Henri IV sans grande conviction et passe ses après-midi au Balto à jouer au baby-foot, matière dans laquelle il excelle bien plus qu’en mathématiques. C’est dans ce café qu’il fait la connaissance des membres du Club des incorrigibles optimistes : des réfugiés de Russie et autres pays de l’Est pour la plupart, férus d’échecs. Dans ce monde à part, Michel va lier des amitiés, découvrir des vies brisées, apprendre aussi la désillusion et les idéaux ébranlés. Des vies marquées par l’exil quand les petits boulots de veilleurs de nuit ou de chauffeurs de taxi ont remplacé les vocations de médecin ou de pilote. Au Balto, Michel croisera aussi Sartre et Kessel, bienfaiteurs des membres de ce club vraiment atypique. En dehors du club, Michel doit affronter la vie et ses épreuves, de celles qui font parfois grandir trop vite : des parents qui se séparent, un frère qui s’engage et déserte, une amie qui disparaît, la guerre dans une Algérie qui n’est pas si lointaine… Mais Michel a aussi ses mondes à lui : l’amour de la littérature et une passion naissante pour la photographie.

Le Club des Incorrigibles Optimistes.
Le Club des Incorrigibles Optimistes.

Rédigé par Julie

Repost 0
Commenter cet article